mardi 16 juillet 2013

L’Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale (USGERES) s'agrandit : une solution pour représenter tous les groupements d'employeurs ?

L’Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale (USGERES) est devenue l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) lors d’une assemblée générale extraordinaire, le 24 juin dernier.



L’objectif de cette évolution statutaire était de créer une union d’employeurs de l’économie sociale et solidaire plus large afin d’accueillir d’autres syndicats d’employeurs de l’ESS et ainsi, de représenter l’ensemble du champ multiprofessionnel de l’économie sociale et solidaire.

La création de l’UDES est le résultat d’un travail de plusieurs mois, engagé notamment avec le Synéas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale). D’autres organisations d’employeurs de l’économie sociale et solidaire ont d’ores et déjà été approchées et ont été invitées à rejoindre l’union.

L’union représente :


  • 25 groupements et syndicats d’employeurs dans les secteurs associatif, mutualiste et coopératif ;
  • 65 000 entreprises employant plus d’1 million de salariés sur le territoire national.

L’économie sociale représente 10% de l’emploi en France. Chaque année, 1 emploi sur 5 est créé par les entreprises du secteur.

Les principales évolutions statutaires portent sur :


  • des précisions apportées sur les missions et les ambitions de la nouvelle union, en articulation étroite avec l’existant ;
  • le changement de la dénomination de l’union ;
  • la création d’un groupe composé des représentants des employeurs à but non lucratif intervenant dans le champ des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux ;
  • la modification de la gouvernance de l’union afin de pouvoir accueillir les représentants du Synéas dans un premier temps et plus largement, d’autres syndicats d’employeurs de l’économie sociale et solidaire.

Les priorités de l’UDES pour le deuxième semestre 2013 seront notamment :


  • de contribuer à la mesure de la représentativité patronale et à la place des employeurs de l’économie sociale et solidaire dans le tour de table, dans le cadre de la mission confiée par le Premier Ministre au directeur général du travail dans la feuille de route de la conférence sociale 2013.
  • de contribuer à rassembler les syndicats d’employeurs de l’économie sociale et solidaire autour de la nouvelle union ;
  • de poursuivre la négociation d’accords collectifs multi-professionnels dans l’économie sociale et solidaire et la signature d’accords notamment, à la rentrée, sur l’insertion et l’emploi des jeunes.
Déjà très structuré, ce syndicat patronal a obtenu de très bons résultats aux dernières élections prud’homales en permettant l'élection 240 conseillers. Avec 8 points de progression l'UGERES a ainsi conforté sa position de deuxième force patronale en France après l’Union pour les Droits des Employeurs qui regroupe : MEDEF, CGPME, UPA, FNSEA et UNAPL

On sait désormais que tous les groupements d'employeurs, y compris ceux créés sous la forme coopérative, seront dans le champs de l'économie sociale et solidaire.

Le projet de Loi portant reconnaissance de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) sera débattu le 24 juillet prochain en Conseil des Ministres.



Il apparaît donc désormais relativement évident que l'UGERES soit la seule organisation patronale fondée et capable pour représenter les groupements d'employeurs pour la prochaine négociation paritaire nationale interprofessionnelle portant sur leur statut, qui aura lieu fort probablement l'année prochaine. Le MEDEF (et Prisme'Emploi...) ne sont pas fondés juridiquement à négocier seuls pour des structures qu'ils ne représentent pas et qui auront prochainement un cadre légal propre avec un grand syndicat d'employeurs représentatif de l'ESS spécifique pour défendre leurs intérêts.

Il reste encore quelques mois pour les différents acteurs des groupements d'employeurs pour s’emparer de ce sujet et prévenir les prochaines grandes échéances....

2 commentaires:

  1. Bonjour

    A-t-on connaissance de la position de l'UGEF sur cette évolution ?
    merci

    RépondreSupprimer